Un court-métrage pour la Fondation Gaillanne

La fondation Frédéric Gaillanne, établie à l’Isle sur la Sorgue en Provence, est la seule en France à offrir des chiens guide pour des enfants aveugles. Ils font un travail absolument remarquable. J’ai réalisé pour cette Fondation que je parraine un petit film expliquant leur fonctionnement. Ils ont besoin de fonds afin de pouvoir doubler la capacité et ainsi offrir vingt chiens par an au lieu de dix.
Ce film a été réalisé en amateur par une mini équipe de professionnels, et toutes les personnes à l’image font partie de la fondation, ou sont de vraies familles d’accueil pour les chiens. La petite Anaïs est réellement non voyante et a joué le rôle comme une vraie professionnelle, accompagnée de son propre chien “Mozart”.
Merci en passant à Mathieu Kassovitz qui est venu nous dépanner en catastrophe en scooter sous la pluie.
Si vous voulez vous fendre d’un petit chèque pour Noël, il sera le bienvenu. Et n’hésitez pas à partager ce petit film avec tous vos amis…

https://www.fondationfg.org

Une pub américaine pour Marriott

Lors de la cérémonie des Oscars est passée une pub réalisée par votre serviteur pour les hôtels Marriott. Tournage à Sedona près du Grand Canyon, à Nashville, à Verbier dans la montagne Suisse, au Costa Rica, à Kyoto, à Dubaï, avec des castings à Los Angeles, New York, Zurick, Tokyo… Avec le grand Yanush Kaminski à la lumière. Suzanne Preissler était la productrice pour Independant Média à L.A.

3 dernières pubs australiennes

La plupart des réalisateurs de pub (les vrais…) enchaînent les films les uns derrière les autres. La production fait le casting, les repérages de décors, les costumes etc., sans eux. Ils arrivent le matin du tournage et sont sur un autre film le lendemain même. Comme ce n’est pas ma façon de travailler (J’aime participer à tout…), je suis présent à chaque étape de la fabrication, y compris la postproduction. Donc que je suis au montage (ces films ont été montés par Hank Corwin, monteur entre autres pour Terrence Malick et Oliver Stone) et continue à superviser les effets spéciaux numériques. (Ceux-ci ont été faits par Animalogic, à Sydney, qui ont réalisé le long-métrage d’animation Le Royaume de Ga’Hoole).

Naturellement quand le réalisateur a fini son travail, c’est l’agence et le client qui s’emparent des films et en font ce qu’ils veulent. Pour cette série, je n’ai pas trop à me plaindre, les films sont très proches de mes montages. Sauf en ce qui concerne les musiques. Nous avions livré les films avec des musiques temporaires qui marchaient magnifiquement (Genre Gladiators sur le film avec le cricket), mais dont les droits étaient évidemment inaccessibles. C’est donc l’agence qui a fait ces choix musicaux… No comment.

Sinon la lumière, comme pour la série précédente, est signée Bruno Delbonnel. Pour l’anecdote, le “Tintin” qui remet la coupe au gamin est le Zidane du cricket…